La protusion de la glande lacrymale accessoire, qui est normalement située derrière la membrane nictitante (ou 3ème paupière), provoque une exposition et une irritation de cette glande.

Elle est généralement observée chez des jeunes chiens, âgés de moins de 2 ans.

La glande lacrymale de la membrane nictitante (ou glande nictitante) est l’une des deux glandes lacrymales chez le chien et le chat. Elle est située à la base de la membrane nictitante (ou troisième paupière). Son rôle est important dans la mesure où il a été estimé qu’elle participait à hauteur de 35% de la sécrétion totale de larmes chez le chien (chez certains individus, il a même été démontré qu’elle produisait davantage que l’autre glande lacrymale, dite « principale » située sous le rebord orbitaire dorsal).

La glande nictitante est souvent confondue avec la glande de Harder. Cette dernière n’existe pas chez le chien, mais dans d’autres espèces comme l’homme, les rongeurs, les lagomorphesou encore le cochon.

La luxation de la glande nictitante est une affection relativement fréquente et bénigne chez le jeune chien (âgé de quelques mois à deux ans). Elle peut dans certains cas atteindre les deux yeux à quelques jours ou quelques semaines d’intervalle, mais une étude montre que cela concerne moins de la moitié des animaux.

Les chiens adultes et âgés, ainsi que les chats sont atteints beaucoup plus rarement.

La luxation correspond à un déplacement de la glande nictitante de sa loge physiologique située à la base de la troisième paupière. L’aspect est relativement spectaculaire pour les propriétaires dans la mesure où une masse de la taille d’une noisette, de couleur rose-rouge, apparaît brutalement dans l’angle interne de l’œil.

La luxation provoque une inflammation chronique de la conjonctive, gênante mais peu douloureuse pour l’animal.

Initialement, la luxation apparaît par intermittence ; dans la majorité des cas hélas, la luxation devient rapidement définitive.

Le traitement consiste alors à repositionner la glande par une technique chirurgicale peu invasive (enfouissement ou fixation), réalisée sous anesthésie générale.

Le pronostic est très bon, et les récidives rares.

De nombreuses races de chiens sont prédisposées, comme par exemple : Bouledogue français, Bulldog anglais, Cocker, Epagneul français …

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 09/05/2019