Qu’est que c’est ?

L’Alopécie des Robes Diluées est (comme les autres formes d’alopécie) une anomalie du revêtement cutané (peau + poils), qui se traduit par une absence (complète ou seulement partielle) de poils dans une zone qui en est normalement pourvue.
Elle touche principalement les chiens de couleur « diluée » (bleu, sable …), mais aussi certains chiens à robe noire ou fauve.

Selon les cas, elle pourra être désignée par d’autres appellations :

  • Alopécie des Couleurs Diluées (ACD)
  • Color Dilution Alopecia (CDA)
  • Alopécie des mutants de couleur
  • Syndrome du doberman bleu

Les signes cliniques :

Les premiers symptômes apparaissent  généralement entre 3 et 24 mois, mais parfois beaucoup plus tard.
La maladie évolue progressivement : Au début elle est surtout localisée  sur la crête dorsale, puis les flancs, le ventre, l’intérieur des membres, pour s’étendre à l’ensemble du corps.
L’évolution est assez rapide : Si aucun traitement n’est mis en place, en un an le chien peut être tout nu.
Un squamosis (présence de pellicules) et des comédons sont souvent visibles.
Une pyodermite secondaire (affection cutanée purulente), plus ou moins prurigineuse et récidivante, est fréquente.

Le diagnostic :

Outre un diagnostic différentiel (pour éliminer d’autres causes : démodécie, dysendocrinies, carences, maladies auto-immunes, causes traumatiques …), la mise en évidence de l’alopécie est principalement basée sur un trichogramme.
Une biopsie sous anesthésie générale est réalisée chez un vétérinaire, qui envoie les prélèvements à un laboratoire spécialisé.
L’examen du poil au microscope optique (en comparant des prélèvements réalisés dans une zone alopécique et dans une zone non alopécique) permet d’observer des lésions capillaires caractéristiques.

NB. Dans l’expression du résultat de cet examen, il ne sera jamais inscrit « c’est une alopécie » mais « forte suspicion d’alopécie » : Tant que les gènes en cause ne sont pas identifiés, les laboratoires et les vétérinaires ne peuvent se prononcer à 100 %

 

Une expression génétique complexe

En l’état actuel des recherches, la thèse la plus couramment admise implique un nouvel allèle supplémentaire au site D (dilution).
L’allèle D (dominant) empêche la dilution des couleurs.
L’allèle d (récessif par rapport à D) entraîne la dilution de la couleur lorsque l’animal est homozygote dd
Le nouvel allèle d1 serait responsable de l’Alopécie des Couleurs Diluées. A condition que sa pénétrance soit variable et incomplète, il expliquerait les différentes formes d’alopécies liées à la couleur.

Qu’est que c’est ?

L’Alopécie des Robes Diluées est (comme les autres formes d’alopécie) une anomalie du revêtement cutané (peau + poils), qui se traduit par une absence (complète ou seulement partielle) de poils dans une zone qui en est normalement pourvue.
Elle touche principalement les chiens de couleur « diluée » (bleu, sable …), mais aussi certains chiens à robe noire ou fauve.

Selon les cas, elle pourra être désignée par d’autres appellations :

  • Alopécie des Couleurs Diluées (ACD)
  • Color Dilution Alopecia (CDA)
  • Alopécie des mutants de couleur
  • Syndrome du doberman bleu

Les signes cliniques :

Les premiers symptômes apparaissent  généralement entre 3 et 24 mois, mais parfois beaucoup plus tard.
La maladie évolue progressivement : Au début elle est surtout localisée  sur la crête dorsale, puis les flancs, le ventre, l’intérieur des membres, pour s’étendre à l’ensemble du corps.
L’évolution est assez rapide : Si aucun traitement n’est mis en place, en un an le chien peut être tout nu.
Un squamosis (présence de pellicules) et des comédons sont souvent visibles.
Une pyodermite secondaire (affection cutanée purulente), plus ou moins prurigineuse et récidivante, est fréquente.

 

Le diagnostic :

Outre un diagnostic différentiel (pour éliminer d’autres causes : démodécie, dysendocrinies, carences, maladies auto-immunes, causes traumatiques …), la mise en évidence de l’alopécie est principalement basée sur un trichogramme.
Une biopsie sous anesthésie générale est réalisée chez un vétérinaire, qui envoie les prélèvements à un laboratoire spécialisé.
L’examen du poil au microscope optique (en comparant des prélèvements réalisés dans une zone alopécique et dans une zone non alopécique) permet d’observer des lésions capillaires caractéristiques.

NB. Dans l’expression du résultat de cet examen, il ne sera jamais inscrit « c’est une alopécie » mais « forte suspicion d’alopécie » : Tant que les gènes en cause ne sont pas identifiés, les laboratoires et les vétérinaires ne peuvent se prononcer à 100 %

 

Une expression génétique complexe

En l’état actuel des recherches, la thèse la plus couramment admise implique un nouvel allèle supplémentaire au site D (dilution).
L’allèle D (dominant) empêche la dilution des couleurs.
L’allèle d (récessif par rapport à D) entraîne la dilution de la couleur lorsque l’animal est homozygote dd
Le nouvel allèle d1 serait responsable de l’Alopécie des Couleurs Diluées. A condition que sa pénétrance soit variable et incomplète, il expliquerait les différentes formes d’alopécies liées à la couleur.

 

Le traitement :

C’est une affection incurable : Seul un traitement symptomatique est possible, à base de shampoings et de compléments alimentaires (zinc, vitamine E …).
Il faut en outre éviter l’exposition prolongée au soleil et traiter soigneusement les pyodermites éventuelles.
Certains traitements expérimentaux pour d’autres alopécies peuvent être utilisés : ils pourraient permettre une repousse temporaire du poil (partiellement ou totalement).

 

Le pronostic :

Aucun chien ne mourra directement de cette maladie : C’est essentiellement un préjudice esthétique, assorti des contraintes liées aux possibles surinfections.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 14/05/2019